FAISONS CONNAISSANCE

André FREDERIC, Député wallon et Sénateur

Conseiller communal à Theux

Né à Verviers le 4 juillet 1958. Marié à Véronique Mossay. Père de Yoann, né le 15 juillet 1982, chef de projet chez Impact Diffusion, et Yannick, né le 26 avril 1988, assistant social. 

1978

Diplômé Instituteur primaire de l'Ecole Normale de Verviers. Il entame sa carrière en qualité d'instituteur dans une classe à six divisions dans le village de Hèvremont-Limbourg.

1981

Il effectue son service civil en tant qu'objecteur de conscience au Centre Infor Jeunes de Verviers.

Les années 80

sont particulièrement difficiles pour les enseignants et il est amené à remplir divers contrats en sous-statuts dans le secteur associatif (Environnement 2000, Centre de Coopération éducative) et dans l'enseignement provincial liégeois (Centre des méthodes, Projet de réinsertion professionnelle de Mont-Comblain).

 

1986

Il réussit un examen et est engagé comme animateur régional au P.A.C. – Régionale de Verviers ( Présence et Action culturelles).

1988

Le retour du Parti socialiste au Gouvernement l'amène à devenir responsable de la Cellule sociale du Ministre fédéral puis communautaire de l'éducation, Yvan YLIEFF. C'est ensuite auprès des Ministres DI RUPO, MAHOUX et ONKELINX qu'il assumera la mission de responsable des désignations des enseignants de l'arrondissement de Verviers.

1994

Interruption de 15 mois pour effectuer une mission à la Cellule d'Intégration sociale de la Région wallonne en qualité d'expert de la lutte contre les exclusions sociales.

 

13 octobre 1998

Il prête serment à la Chambre des Représentants et a été réélu à trois reprises.

 

11 juin 2019

Il prête serment au Parlement wallon.

 

18 juin 2019

Il prête serment au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

4 juillet 2019

Il prête serment au Sénat.

Mon enfance, naissance de convictions sociales

Je suis né le 4 juillet 1958. Lors de ma naissance, 2 mois et demi avant terme, il s’est avéré que nous étions deux. Malheureusement, l’accouchement ne s’est pas bien déroulé et mon frère jumeau en est ressorti lourdement handicapé.  Il est décédé à l’âge de 4 ans. Un événement qui inévitablement marque. Cela m’a fortement sensibilisé aux problèmes rencontrés par les personnes handicapées et leurs familles.

Malgré ce drame, mon enfance a été plutôt heureuse. Mon père était électricien, ma mère couturière. Nous habitions avec ma petite sœur Carine dans une maison modeste de Stembert.

Notre situation financière était difficile et mes parents ne pouvaient pas se permettre de partir en vacances. Dès mes 8 ans, chaque année, je partais donc en colonie de vacances d’abord avec les Femmes Prévoyantes Socialistes, puis adolescent avec la Mutualité des Jeunes Travailleurs.  C’est dès ce moment-là que je me suis dit : « Si être socialiste, c’est permettre aux personnes plus modestes de vivre des choses qu’elles n’auraient pas l’occasion de vivre en toute liberté d’expression, alors je suis socialiste !»  Dès mes 18 ans, j’ai adhéré au PS.

Un instituteur objecteur de conscience

Après mes études secondaires à l’Athénée Thil Lorrain,  je me serais bien vu psychologue ou avocat. Cependant l’école normale était plus proche de la maison que l’Université : je suis devenu instituteur. J’ai enseigné durant trois années à l’Ecole Communale d’Hévremont-Limbourg.

A l’âge de 23 ans, refusant de prendre les armes au service militaire, bref, fidèle à moi-même, j’ai réalisé mon service civil dans les domaines du socio-culturel en région verviétoise.

Mes fils, ma fierté

 

Aimant beaucoup les enfants, j’ai fondé une famille assez jeune. De ma première union sont nés mes deux garçons : mon fils ainé Yoann diplômé en tourisme et le cadet, Yannick, assistant social.   

En 2005, j’ai rencontré Véronique, une professeur et conseillère communale de Verviers… L’amour fou ! Véronique m’apporte beaucoup de soutien au quotidien. Tous les deux, ensemble, nous menons un combat contre le cancer du sein à travers l’asbl Vivre comme Avant.

Mes fonctions politiques tant au Parlement fédéral qu’à Theux sont dévoreuses de temps… Néanmoins, le plus souvent possible, je tente de me préserver des petits moments en famille. Des instants précieux, vraiment nécessaires à mon équilibre.

 "Dis ce que tu vas faire et fais ce que tu as dit"

Au cours de ma vie, j’ai eu l’occasion d’exercer plusieurs métiers : instituteur, disc-jockey, présentateur radio, formateur d’animateurs, attaché de cabinet  …  Et je peux dire que chacun d’eux m’a sincèrement apporté quelque chose sur le plan personnel. J’ai toujours voulu être utile et faire avancer des projets pour le bien-être général. C’est ce que me permet la politique…

Pourtant, au départ, ma vie et mes origines ne me destinaient pas forcément à de telles fonctions. A 24 ans, pour les élections communales de 1982, me voyant très impliqué sur le terrain dans le monde associatif, on m’a proposé de me porter candidat sur les listes pour le parti socialiste de Theux. J’étais alors militant depuis quelques années et j’ai accepté. Je me suis alors de plus en plus passionné et impliqué dans la vie de ma commune. J’ai d’abord été conseiller communal (1987) puis échevin (1995). 

Mais le véritable déclic politique et l’intérêt pour la politique nationale est arrivé au moment où j’ai eu la chance de débuter au cabinet d’Yvan Ylieff alors Ministre de l’éducation nationale. Si je ne suis pas très en accord avec la notion de modèle en politique, (en effet je pense que chacun compose avec ses réalités, son vécu et c’est ce qui fait la richesse de la politique en démocratie), Yvan Ylieff fut comme un père politique pour moi. J’ai énormément appris à ses côtés.

 

J’ai ensuite successivement travaillé pour les Ministre Di Rupo, Mahoux et Onkelinx en tant que responsable des désignations des enseignants pour l’arrondissement de Verviers, avec un intermède de quelques mois dans une mission de lutte contre l’exclusion sociale auprès de la région wallonne.

En 1998, j’ai prêté pour la première fois serment à la chambre des Représentants. Je suis donc devenu député à 40 ans. J’ai ensuite évolué en tant que Président de la Commission de l’Intérieur, puis comme vice-président de la Chambre. Et aujourd’hui en 2013, je suis Chef de Groupe.  

Durant ces années, j’ai eu l’occasion de travailler sur beaucoup de dossiers qui me tiennent à cœur, mais je pense que ma plus grande fierté, la chose pour lequel je me suis le plus battu, c’est pour qu’une loi concernant les abus de faiblesse soit votée. Un combat pas gagné d’avance que j’ai mené contre les sectes et contre toutes les formes d’abus des personnes fragilisées.    

Après plus de 20 années passées à la Chambre des Représentants une nouvelle aventure commence pour moi. Suite au scrutins de mai 2019, j'ai été élu comme Député wallon. J'ai prêté serment au Parlement wallon le 11 juin et au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles le 18 juin. Je continuerais à défendre notre région dans ces institutions. 

Le 4 juillet 2019, je prête serment au Sénat. 

Depuis toujours la citation qui guide mon action politique est « Dis ce que tu vas faire et fais ce que tu as dit ! ».